Sauvons l’abeille noire !

Meillon : sauvons l’abeille noire !
Jean Michel Escuraing a présenté la « Danse des Abeilles », accompagné de Patrick Buron et Éric Gibeaux.

© Roger Chague
PUBLIÉ LE 4 JUILLET 2018 À 19H47.

Pour lutter contre la raréfaction des insectes pollinisateurs, la « Danse des Abeilles » veut promouvoir la race autochtone de l’abeille noire.

Dernièrement, Jean Michel Escuraing était à Meillon pour présenter l’association « La Danse des Abeilles » qu’il préside, en présence de Patrick Buron maire de la commune et d’Éric Gibeaux, directeur de l’Esat Alpha. Cette association a été créée pour la défense de l’abeille et plus particulièrement de l’abeille noire autochtone.

Ses objectifs sont, entre autres, de promouvoir une apiculture respectueuse de l’abeille, d’assurer la formation des adhérents, de sensibiliser le public en général et plus particulièrement les jeunes à l’apiculture « amateur » et à des comportements éco-responsables. La mise en œuvre de l’action de l’association passera tout d’abord par la création de deux ruchers, à Bizanos et à Meillon.

Création de deux ruchers

Ces ruchers seront réalisés au moyen de ruches horizontales, dites ruches kenyanes. Ces dernières seront équipées d’un côté vitré permettant l’observation, sans gêne pour les occupantes. Elles sont particulièrement adaptées à une apiculture familiale en raison de la simplicité de leur conduite.

Dix ruches ont été commandées à l’Esat (Etablissements et Services d’Aide par le Travail) Alpha d’ Idron, ce qui ajoute du sens au projet, en lui donnant une dimension sociale. Eric Gibeaux, directeur de cet établissement, présent à la réunion, a affirmé, au nom de tous ses salariés, tout le bien qu’il pensait de cette collaboration. Les premières implantations de ruchers naturels auront lieu en septembre pour une mise en fonctionnement au printemps prochain à Bizanos et Meillon.

Contact : La Danse des Abeilles, 38 avenue du Général- de-Gaulle. Site internet : http://www.dansedesabeilles.org Tél. 05 59 02 27 86.

Sensibiliser le jeune public

L’apiculture majoritaire dont l’objectif essentiel est la production optimale de miel, utilise des races d’abeilles étrangères, sans doute plus productives, mais moins robustes et moins bien adaptées à leur environnement qu’une race autochtone. Cela implique une obligation de multiplier les interventions humaines et les traitements sanitaires. Conscients de cette situation, les fondateurs de l’association entendent modestement apporter leur contribution à un travail sur les comportements et les mentalités qui passera par des actions de sensibilisation du public et tout particulièrement des jeunes.